De la prévision à longue échéance à la prévision saisonnière : Des modèles numériques pour prédire le temps au-delà du prévisible

Résumé : Cet article présente un historique de la prévision numérique à longue échéance, depuis les années 1970 qui ont correspondu à la montée en puissance de la prévision opérationnelle à moyenne échéance, de 3 à 10 jours, aux État-Unis et en Europe, avec la création du CEPMMT. Les modèles d'atmosphère, puis les modèles couplés océan-atmosphère ont été utilisés pour prédire la moyenne des paramètres météorologiques du mois à venir, puis de la saison à venir. Assez vite, s'est posée la question de mettre les prévisions sous forme probabiliste. Au milieu des années 1990, grâce à l'impulsion du CEPMMT et au soutien financier de la Commission européenne, l'Europe prend une position dominante et de grands projets comme Demeter et Eurosip sont lancés. Cet article reprend le contenu du Mémoire d'habilitation à diriger des recherches de l'auteur (Déqué, 2006) et en suit le même fil directeur, à savoir les modèles successifs de Météo-France qui ont été utilisés : Sisyphe, Émeraude et Arpège. Un tour d'horizon des perspectives futures termine cet article.
Type de document :
Article dans une revue
La Météorologie, Météo et Climat, 2008, pp.PP. 25-31
Liste complète des métadonnées

https://hal-meteofrance.archives-ouvertes.fr/meteo-00354845
Contributeur : Bruno Dal Cin <>
Soumis le : mercredi 21 janvier 2009 - 11:36:06
Dernière modification le : mardi 29 mai 2018 - 12:50:49

Identifiants

  • HAL Id : meteo-00354845, version 1

Collections

Citation

Michel Deque. De la prévision à longue échéance à la prévision saisonnière : Des modèles numériques pour prédire le temps au-delà du prévisible. La Météorologie, Météo et Climat, 2008, pp.PP. 25-31. 〈meteo-00354845〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88